Tshopo:  la situation des enfants à besoins spéciaux au menu d’une table ronde à Kisangani

HomeSanté

Tshopo: la situation des enfants à besoins spéciaux au menu d’une table ronde à Kisangani

Libération de AMOS BUTANGAZI : « l’implication personnelle du VPM Lihau a poussé à la justice à agir », dixit Dr BENITO Kalokola
Tshopo : tenue à Kisangani d’une journée de réflexion sous le thème « historique de l’avocate : évolution et défis
Haut-Uélé : Prestation de serment de 35 maitres avocats au bareau du Haut-Uélé

<< La mise en place du mécanisme prévention et protection des victimes des violences basées sur le genre en l'occurrence les enfants à besoins spéciaux>>, est le thème qui a fait l’objet d’une table ronde organisée le mercredi 22 mai par l’ONG Action des Femmes pour la Protection et la Défense des Vulnérables( AFPDV).
La salle du centre pastorale de Kisangani a servi de cadre.

Cette activité rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Voix et Leadership des Femmes (VLF) du Centre Carter avec l’appui financier des Affaires mondiales Canada.

D’après Me Bénédicte Makusi, coordonnatrice de l’ONG Action des Femmes pour la Protection et la Défense des Vulnérables, cette table ronde a pour objectif de faire réfléchir ensemble les participants sur la mise en place du mécanisme de prévention et protection des victimes des VBG à l’égard des enfants à besoins spéciaux», afin que ces derniers puissent proposer des pistes de solutions rentables pour éradiquer ce phénomène.

Intervenant dans cette table ronde, le préfet des études de l’Institut Lisanga Rosy Weba Somba affirme avoir enregistré des cas des violences basées sur le genre au sein de son établissement.

 » Nous avons déjà enregistré plus cas de violences basées sur le genre dans notre école. Face à cette situation nous avons un règlement d’ordre intérieur qui punit les élèves qui commettent les infractions des violences basées sur le genre », a-t-il déclaré.

Après le passage de l’ONG AFPDV, a-t-il poursuivi, les sensibilisations de ses élèves continuent en matière des violences basées sur le genre « .

Après le travaux de Carrefour, les participants ont formulé des recommandations aux gouvernements de République, aux autorités judiciaires, aux organisations de la société civile ainsi que aux partenaires techniques et financiers.

Au gouvernement Congolais,
d’appuyer les ONG et structures qui interviennent dans la sensibilisation en matière des violences basées sur le genre; de mettre en place des mécanismes de prévention au niveau local, des territoires pour lutter contre l’insécurité dans la province de la Tshopo en mettant fin aux conflits intercommunautaires entre Mbole-Lengola ; de doter les sites de déplacés de logements et structures sanitaires ; de doter à la police spécialisée des moyens logistiques ; de mettre en place un système d’alerte dans la communauté.

Aux organisations de la société civile, de sensibiliser la communauté sur la matière relative aux violences basées sur le genre ; de vulgariser les textes légaux relatif aux VBG.

Aux partenaires techniques et financiers, d’appuyer les ONG et les structures qui sont dans les domaines de la prévention de VBG.

Les organisations de la société civile, les membres de la police de la protection d’enfants, de la justice, de l’Epst ainsi quelques responsables des sites des déplacés du conflit intercommunautaire mbole et Lengola notamment des sites de Konga konga, et de la paroisse St Gabriel de Simi-Simi ont pris part à cette activité.

Blaise Mussa/Lumière News

Rédaction
+243 850 710 634

COMMENTS

WORDPRESS: 0
%d blogueurs aiment cette page :