Kisangani :  Des stratégies de prévention et protection des victimes des violences basées sur le genre, évaluées  dans une tribune d’expression populaire

HomeGenre

Kisangani : Des stratégies de prévention et protection des victimes des violences basées sur le genre, évaluées dans une tribune d’expression populaire

L'évaluation des stratégies de prévention et de protection des victimes des violences basées sur le genre a été au menu d'une tribune d'expression po

Tshopo : Annonce de la tenue de la 1ère édition du forum des femmes de la Tshopo dénommé « Singa mwambe forum »
Tshopo : Présentation à Kisangani de l’application mobile « Tufaulu Pamoja ».
JIF 2024 : Témoignant leur solidarité aux enfants de l’Est de la RDC, les élèves du complexe scolaire Saint Jean 1 dénoncent l’agression rwandaise

L’évaluation des stratégies de prévention et de protection des victimes des violences basées sur le genre a été au menu d’une tribune d’expression populaire organisée vendredi 26 avril 2024, par l’Ong Congo Images grâce aux Affaires Mondiales Canada dans le cadre du projet voix et leadership des femmes exécuté par le centre carter. La salle de réunions du centre de pastorale a servi de cadre pour cette activité.

Pour le coordonnateur de l’Ong Congo en Images Coppens Lusuna Musafiri, il était impérieux de réunir la tripartite les femmes des organisations de défense des droits des femmes, la police et l’armée pour réfléchir ensemble sur les mesures correctives qu’ils peuvent apporter d’une manière collective afin de relever les défis.

Selon lui, l’objectif visé est celui d’amener les parties prenantes à trouver des solutions qui peuvent permettre de soulager les victimes des violences basées sur le genre.

« Nous avons préféré réunir la tripartite des femmes des ODD, OSC, police et armées en vue de réfléchir sur les stratégies d’intervention par rapport à la prévention et protection des victimes des violences basées sur le genre « , a-t-il dit.

De leur côté, les femmes participantes ont à l’issue de cette activité formulé des recommandations aux différentes autorités provinciales.

« Au président de l’assemblée provinciale de faire des lobbyings auprès du gouvernement national en vue d’ajouter des sciats dans les différentes communes de la ville de Kisangani, d’augmenter les effectifs des éléments de la pnc et leurs donner de la logistique nécessaire pour leur intervention efficace, de revoir les lois en matière des violences sexuelles qui ne garantissent pas les droits des victimes issus du viol », ont-elles recommandé dans une déclaration faite à la presse par Ir Nellas Bauma, l’une des intervenantes.

« Au gouvernement provincial, de mettre en place une équipe de suivi pour veiller en permanence sur l’insécurité qui gangrène la Tshopo, de créer une palabre communautaire pour résoudre le conflit ethnique Mbole et Lengola pour rétablir la paix durable à lubunga, de disponibiliser les moyens conséquents à la police ».

Elles ont également recommandé aux autorités militaires et policières d’organiser une patrouille mixte vers les heures tardives pour dénicher les brigands, d’assurer la patrouille nocturne jusqu’à l’aube dans les différentes communes de Kisangani en vue de décourager les auteurs de ses actes ainsi que la remise à niveau des policiers et militaires, disponibiliser un numéro vert accessible à la population en vue d’alerter les forces de sécurité en cas d’attaquer par des bandits.

Ces dernières ont recommandé aussi aux autorités judiciaires d’arrêter et de punir d’une manière exemplaire jusqu’à les inculper, de bannir la corruption dans les instances judiciaires et de faire la permutation des autorités judiciaires.

Le manque du courant électrique, l’un des facteurs du regain d’insécurité

Par ailleurs, elles ont formulé au directeur provincial de la SNEL la recommandation selon laquelle de rétablir du courant dans la ville en vue de combattre l’obscurité qui est un facteur du regain du banditisme. Et aux femmes des OSC et celles de ODD de renforcer les sensibilisations avec les actions concrètes dans la ville de Kisangani et les 7 territoires de la Tshopo.

Notons que, cette tribune d’expression populaire a été ouverte par la ministre provinciale du genre Bernadette Furah. Des femmes des organisations de la société civile, des organisations de défense des droits des femmes, de la police et de l’armée ont pris part à cette activité.

JULEP/Lumière News

La Rédaction
+243850710634

COMMENTS

WORDPRESS: 0
%d blogueurs aiment cette page :