Tshopo : organisation à Kisangani d’une conférence-débat sur l’autonomisation de la femme et de la jeune fille dans la lutte contre les antivaleurs et la promotion des valeurs morales

HomeGenre

Tshopo : organisation à Kisangani d’une conférence-débat sur l’autonomisation de la femme et de la jeune fille dans la lutte contre les antivaleurs et la promotion des valeurs morales

A l'occasion de la clôture du mois de la femme, l'Université Catholique de Kisangani a organisé jeudi 31 mars 2022, une conférence-débat sous le thèm

Tshopo : Des clubs de la masculinité positive installés dans quelques écoles de Kisangani
Tshopo : tenue à Kisangani d’une formation à l’intention des femmes candidates aux élections de 2023
Tshopo : Plaidoyer pour la mise en application de la gratuité de maternité

A l’occasion de la clôture du mois de la femme, l’Université Catholique de Kisangani a organisé jeudi 31 mars 2022, une conférence-débat sous le thème : « Autonomisation de la femme et de la jeune fille dans la lutte contre les antivaleurs et la promotion des valeurs morales. » La grande salle de cet Alma Mater a servi de cadres à cet échange.

Il était question au cours de cette conférence, de sensibiliser les étudiantes sur leurs autodéterminations, qui est un engagement permettant à l’individu de prendre la décision de pouvoir se libérer de certaines choses ; aussi, sensibiliser la femme sur son autonomisation.

Mme Marie Boundewana, la conférencière du jour a, à cette occasion, expliqué aux participants l’historique de la Journée internationale de la femme avant de leur montrer quelques personnalités et idées qui ont marquées la femme noir, précisément la femme africaine. À cet ordre d’idées, elle a fait savoir que les femmes africaines s’étaient réunies pour la première fois à Dar-es-salam pour la sensibilisation sur la prise de conscience.

« Les femmes ne doivent pas considérer la journée de 08 mars comme une journée récréative, mais elles doivent la considérer comme une journée de réflexion, une journée où la femme doit s’asseoir pour faire le bilan et s’auto-évaluer ; afin d’élaborer des nouvelles stratégies pour son autonomisation » ; a déclaré Mme. Boundewana.

En outre, la conférencière a invité les participants à bannir certaines antivaleurs notamment le complexe d’infériorité, la peur de prendre le pouvoir et de découvrir extérieur, le peur de s’engager. À celà, elle exhorté les femmes à devenir des leaders et des femmes compétentes.
Et d’ajouter : « la Femme doit créer l’esprit de management, développer le sens de la culture ; et chercher à acquérir des connaissances nécessaires sur les textes légaux qui la promeuvent » a précisé Mme Boundewana.

Blaise Mussa/Lumière News

La Rédaction
+243850710634

COMMENTS

WORDPRESS: 0
%d blogueurs aiment cette page :