A dater de ce lundi, les enseignants de l’EPST Tshopo 2 déclenchent une grève sèche d’une semaine

HomeEducation

A dater de ce lundi, les enseignants de l’EPST Tshopo 2 déclenchent une grève sèche d’une semaine

Une grève sèche d'une semaine vient d'être déclenchée à dater de ce lundi 13 Novembre 2023 sur l'ensemble de toutes les écoles publiques de la provin

TSHOPO : Début des défenses des travaux de fin de cycle et fin d’études à ULIKIS
Tshopo : La sous Proved Kisangani 1 se réjouit de l’évolution positive des cours deux semaines après la rentrée scolaire
Tshopo : Remise et reprise à l’ISTM Kisangani

Une grève sèche d’une semaine vient d’être déclenchée à dater de ce lundi 13 Novembre 2023 sur l’ensemble de toutes les écoles publiques de la province éducationnelle Tshopo 2, au Nord-est de la République démocratique du Congo.

Ce mot d’ordre a été donné par la synergie des syndicats des enseignants Selco et synecath au cours d’une assemblée générale tenue dimanche dans la salle de réunions à l’Ep Isangi- Codis, à cause du retard de paiement de salaire de septembre et octobre dernier réclamés par les enseignants, indique le mémo de la synergie des syndicats des enseignants de cette entité éducative, dont une copie de ce document dont lumièreNews a pris connaissance ce lundi.

« Nous, enseignants décidons d’observer la grève d’une semaine renouvelable dans toutes les écoles publiques de l’État dans la province éducationnelle Tshopo 2 à partir de ce lundi 13 Novembre 2023 à cause du retard que nous enregistrons dans le paiement de notre Salaire du mois de septembre et octobre », peut-on lire dans ce document.

« Au cours d’une assemblée générale tenue dimanche, dans la salle des réunions de l’Ep Isangi-Codis, nous avons évaluer notre déclaration du 05 Novembre dernier concernant le retard de paiement de salaire des enseignants pour les mois de septembre et octobre dernier dans la province éducationnelle Tshopo 2. Étant donné qu’aucune suite favorable n’a pu être réservée à ladite déclaration et que le préavis de 48 heures est arrivé à son terme, nous avons jugé bon de passer à la vitesse supérieure pour que nous soyons remis dans nos droits », précisent ces professionnels de la craie à travers leur mémo.

Ainsi, la synergie des syndicats des enseignants demandent aux parents de garder leurs enfants à la maison pour des raisons de sécurité pendant cette période de grève où les enseignants seront absents dans les écoles respectives.

Joint au téléphone à partir d’isangi, le porte parole de la synergie des syndicats des enseignants de la province éducationnelle Tshopo 2, Jean Louis Bangala Saile, exprime sa satisfaction par rapport au respect de mot d’ordre en ce mot

« Et aujourd’hui là, nous avions sillonné les écoles publiques du centre d’Isangi ; aucune d’elle n’a fonctionne. A part seulement les écoles privées », se félicite-t-il.

« Nous avons été en contact avec nos camarades des territoires de Yahuma et Opala, le mot d’ordre a été également respecté », renchérit-il.

Par contre, il précise que cette grève sèche sera renouvelée au cas où leur desiderata ne sera pas pris en compte suivant ce qu’ils se sont décidés hier dimanche au cours de cette assemblée générale

Le coordonnateur de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC) à Isangi, Abonis Mobey Boumo, donne son témoignage en ces mots :

« Je vous confirme que les enseignants ont commencé leur grève ce lundi à Isangi. Je viens de passer à l’Institut YALIKINA, Je n’ai pas vu d’élèves. Mais, dans les écoles privées notamment au complexe la Sagesse et à Edap Isangi, les enseignements ont dispensé comme d’habitude », déclare cet acteur de la société civile.

Toutefois, il souligne que la coordination de cette structure de la société civile condamne avec la dernière énergie la situation que traverse les enseignants de la province éducationnelle Tshopo 2 en encaissant deux mois de retard de paiement de leur salaire.

« Pour la coordination de la NSCC Isangi, nous déplorons et déplorons ce retard de deux mois salaires de ses enseignants, à savoir septembre et octobre qui ne sort pas toujours ».

Pourquoi seulement la Tshopo 2 doit subir ça ? », s’interroge-t-il, avant de souligner que, selon les informations à sa possession renseignent que la caritas Kisangani avait déjà payé d’autres enseignants.

Signalons que les administrateurs de territoire de Basoko, Isangi, Opala et Yahuma faisant partie de la éducationnelle Tshopo 2, ont été notifiés par rapport à cette grève sèche d’une semaine.

JULEP/Lumière News

La Rédaction
+243850710634

COMMENTS

WORDPRESS: 0
%d blogueurs aiment cette page :